Corporate Vehicle Observatory

La cellule de réflexion indépendante d'Arval

Le  Corporate Vehicle Observatory – cellule de réflexion d'Arval – a été fondé en 2002 en France et a, depuis lors, été déployé dans 16 pays différents. L'observatoire publie chaque année un baromètre qui analyse les tendances du secteur au niveau des parcs automobiles, des véhicules et de la mobilité dans les 16 pays qu'il couvre. CVO est une cellule :

  • totalement indépendante ;
  • composée d'experts internationaux ;
  • qui analyse les tendances du secteur.

Nous avons le plaisir de mettre l’étude actuelle gratuitement à votre disposition.
 

DOWNLOAD CVO BAROMÈTRE DES FLOTTES 2017

Baromètre des flottes 2017 : principales conclusions

Cette année aussi le baromètre des flottes 2017 a représenté un jalon important et a de nouveau été étendu par rapport aux années précédentes, aussi bien dans son ampleur en général que dans la liste des questions. Ainsi, 3847 interviews au total ont été menées, dont 3540 en Europe et 297 en Suisse. Les interviews étaient réparties de manière régulière entre les quatre secteurs construction, secteur industriel, prestations de services et commerce, ainsi qu’entre les quatre catégories de grandeur « jusqu'à 10 employés », « 11 - 99 employés », « 100 - 499 employés » et « 500 employés et plus ». Vous trouverez ci-dessous les principales conclusions tirées du sondage 2017.



Quand on sait combien de temps durent habituellement les adaptations aux directives des voitures d’entreprises, la détermination et la vitesse avec lesquelles les entreprises ont réagi au scandale du diesel sont impressionnantes. 26 % des grandes flottes en Suisse en ont déjà tiré les conséquences, contre 14 % en moyenne en Europe.



Sans la mobilité des personnes et des marchandises, aucune économie nationale moderne ne pourrait maintenir sa prospérité actuelle. (Les flottes d’entreprises vont-elles croître au cours des trois prochaines années ? Selon les exploitants de flottes d’entreprises en Suisse, le solde des réponses donne +4 contre +11 pour leurs collègues en Europe ; le solde est obtenu en additionnant les réponses « la croissance de la flotte augmentera » et en soustrayant les réponses « la croissance de la flotte diminuera »).



Il ne s’agit pas de la suppression de voitures, mais d’une mobilité intelligente et durable (pour 55 % des entreprises suisses du pays ayant un programme de responsabilité sociale, l’empreinte CO2 fait partie d’une stratégie de durabilité). La location de véhicules comme option de mobilité contribue à apporter une solution (tandis que les voitures hybrides constituent 26 % et les voitures hybrides rechargeables 20 % des flottes et que leur part a ainsi baissé, les voitures électriques représentent 33 % de l’ensemble des flottes d’entreprises en Suisse).



Pour les responsables de flottes, des termes tels que mobilité SEAMless (Shared, Electric, Autonomous Mobility), MaaS (Mobility as a Service) ou multimodal (sans obligation d’utiliser un moyen de transport spécifique) seront tout aussi répandus à l’avenir que le sont aujourd’hui ABS, pompe à injection ou culasse de cylindre. 29 % des flottes d’entreprises en Suisse planifient une alternative aux voitures d’entreprises classiques ou ont déjà introduit une telle alternative (covoiturage, vélos en libre-service, budget mobilité).



Dans l’esprit de beaucoup de gens, la télématique continue d’être associée à la surveillance – presque une sorte de Big Brother. Pourtant, la télématique peut contribuer à améliorer grandement la sécurité, à retrouver des véhicules disparus et à faciliter la planification de l’entretien des véhicules sans qu’une fonction de localisation soit activée. La télématique est employée dans seulement 10 % des voitures d’entreprises en Suisse contre 20 % dans le reste de l’Europe.



Certains estiment que les voitures d’entreprises ne sont plus importantes aujourd'hui pour le personnel. Bien au contraire, pour fidéliser les bons collaborateurs à l’entreprise ou pour recruter de nouveaux talents, les voitures d’entreprises sont efficaces pour 59 % des cadres, 56 % des dirigeants et 48 % des jeunes talents.



Une utilisation très longue des véhicules retarde la mise en œuvre de technologies plus écologiques. Or les marchés avec une part élevée de location opérationnelle exploitent de manière plus efficace le potentiel des modes de propulsion particulièrement durables. (En Suisse, les véhicules des flottes d’entreprises sont utilisés en moyenne pendant 7,1 ans avant d’être vendus, contre 5,9 ans dans le reste de l’Europe. En outre, l’usage de la location opérationnelle, dans 15 % des cas en Suisse, est très faible en comparaison avec le reste de l’Europe, où elle s’élève à 24 %).



Avez-vous des questions concernant le CVO ? Nous vous renseignerons volontiers personnellement.


Malte Lindberg
Head of Consulting & CVO

malte.lindberg@arval.ch