Fleet Barometer 2020

Les entreprises suisses, leaders européens de la mobilité alternative

Arval Mobility Observatory présente les résultats du « Fleet Barometer 2020 » :

  • Le marché des flottes suisse est saturé et se compose de flottes de véhicules plus petites et plus anciennes qu’en Europe. Ce sont en particulier les grandes entreprises qui réduisent la taille de leur flotte en raison des nouvelles solutions de mobilité, de la baisse d’activité et de la réduction des effectifs.
  • De plus en plus d’entreprises suisses intègrent des motorisations vertes dans leur flotte. La transition passe essentiellement par les véhicules hybrides, hybrides rechargeables et purement électriques, pour des raisons de protection de l’environnement, de réduction des coûts et d’amélioration de l’image d’entreprise.
  • Les solutions de mobilité alternative sont beaucoup plus répandues dans les entreprises suisses qu’en Europe. Les grandes entreprises misent particulièrement sur les transports publics, le covoiturage et la location de véhicules de moyenne durée.
  • Dans les entreprises suisses, le premier mode de financement des flottes automobiles reste l’achat, suivi du leasing financier. Le full-service-leasing, qui est toujours une niche stable, est particulièrement apprécié des grandes entreprises.
  • Les systèmes de télématique sont un peu plus fréquents en Suisse, en comparaison avec les autres marchés européens. Cette technologie est principalement installée dans les petits véhicules utilitaires (LCV) et pour des raisons d’efficacité, de sécurité, de meilleur comportement au volant et de réduction des coûts.
     

Les entreprises suisses sont de plus en plus nombreuses à miser sur l’énergie verte car les flottes ont tendance à être plus petites et plus anciennes et à s’intégrer de plus en plus dans des concepts de mobilité alternative. Voilà les évolutions qui ressortent du Fleet Barometer 2020, une étude menée chaque année depuis 2002 par l’Arval Mobility Observatory.

La conscience environnementale croissante se traduit entre autres par des flottes plus petites. Ainsi, les PME de 10 à 99 collaborateurs ne disposent plus que de 5 voitures de tourisme en moyenne, contre 27 en Europe. En Suisse, les flottes sont renouvelées en moyenne tous les six ans, contre cinq ans en Europe. Dans les entreprises suisses, la réduction de la proportion de véhicules diesel est plus forte qu’en Europe (part de diesel dans les flottes dans trois ans de 37 % en Suisse contre 49 % en Europe) et la mise en place des carburants alternatifs y est moins rapide en comparaison européenne (31 % des entreprises suisses contre 34 %). La Suisse est le leader incontesté de la mobilité alternative (74 % contre 61 % en Europe), avec 25 % des entreprises suisses qui, parmi celles utilisant déjà ces solutions ou comptant le faire dans les trois ans à venir, sont prêtes à renoncer à une partie de leur flotte au profit de ces alternatives.

Cette année, l’enquête a été réalisée avant le confinement.

 

Le marché des flottes suisse est saturé, mais en mouvement

La proportion d’entreprises possédant au moins une voiture de tourisme ou un petit véhicule utilitaire se place dans la moyenne européenne. La croissance de la flotte attendue pour la Suisse est semblable à celle de l’Europe (26 % des entreprises suisses pensent que leur flotte va croître dans les trois prochaines années, contre 28 % des entreprises européennes) et s’accentue légèrement en 2020 par rapport à l’année dernière (+15 contre +6). Toutefois, les grandes entreprises sont les premières à compter avec une réduction de la taille de leur flotte du fait de la mise en place de nouvelles solutions de mobilité (33 %). Les autres raisons invoquées sont la baisse d’activité (29 %), la réduction des effectifs (25 %) ou encore l’accès limité à un véhicule d’entreprise (23 %).

 

La plupart des PME suisses emploient un ou deux gestionnaires de flotte, alors qu’ils sont quatre ou cinq dans 50 % des grandes entreprises. Plus l’entreprise est grande, plus elle est susceptible d’externaliser la gestion de sa flotte. Dès le stade de PME, les entreprises souhaitent obtenir des conseils sur les flottes de véhicules par des prestataires spécialisés, et notamment sur l’optimisation des coûts et les nouvelles solutions de mobilité.

 

Progression des carburants alternatifs

La transition vers le nouveau cycle d’homologation « WLTP » (Worldwide Harmonized Light-Duty Vehicles Test Procedure) pour les données de consommation des véhicules impactera plus fortement les grandes entreprises et se fera essentiellement par un ajustement du mix énergétique afin de respecter les limites d’émission de CO2. Les entreprises suisses s’attendent également à ce que la part du diesel dans leur flotte diminue, mais plus fortement qu’en Europe (dans trois ans, le diesel représentera 37 % de la flotte en Suisse contre 49 % en Europe). C’est surtout dans les petites entreprises que la part de l’essence restera plus importante qu’en Europe (39 % contre 28 %). S’agissant des carburants alternatifs (véhicules hybrides, hybrides rechargeables et purement électriques), les entreprises suisses accusent un léger retard par rapport à l’Europe (31 % contre 34 %).

 

La Suisse, leader de la mobilité alternative

Les solutions de mobilité alternative sont nettement plus répandues en Suisse qu’en Europe (74 % contre 61 %), et surtout dans les grandes entreprises, qui soutiennent les solutions de ce type à hauteur de 84 %. Parmi les solutions les plus citées, on note les transports publics, le covoiturage et les véhicules de location de moyenne durée. Certains voient également du potentiel dans les applications permettant de réserver une solution de mobilité. Quelle que soit leur taille, les entreprises suisses ont déjà une bonne longueur d’avance dans la mise en œuvre (74 % contre 61 % en Europe) et voient un plus grand potentiel (83 % contre 74 % en Europe) dans les solutions de mobilité alternative pour les années à venir. En outre, parmi les entreprises suisses qui utilisent déjà ou prévoient d’utiliser ces solutions de mobilité, elles sont environ 25 %, entreprises de plus de 500 collaborateurs en tête, à indiquer qu’elles sont prêtes à le faire en abandonnant une partie de leur flotte au profit de ces solutions.

 

L’achat et le leasing financier toujours à l’avant-garde

L’achat reste de loin le mode de financement le plus courant des flottes automobiles d’entreprises en Suisse (il s’agit de la principale méthode de financement pour 62 % des entreprises suisses), un point sur lequel notre pays se distingue clairement de l’Europe (39 %). Le leasing financier se maintient en deuxième position (29 % contre 24 % en Europe), grâce notamment à une utilisation très répandue dans les PME. Le full-service-leasing conserve son statut de niche (6 % contre 46 % en Europe) et se retrouve davantage dans les entreprises de plus de 500 collaborateurs (11 % contre 46 % en Europe). Toutefois, 34 % des entreprises interrogées (37 % en Europe) indiquent qu’elles envisagent la possibilité du full-service-leasing, voire d’y recourir davantage dans l’avenir. Enfin, le crédit automobile, encore moins fréquent qu’en Europe (4 % contre 9 %), ferme la marche.

 

Une hausse attendue de la télématique

Globalement, la télématique est un peu plus répandue en Suisse que sur les marchés européens (36 % contre 33 %), ce qui s’explique principalement par sa mise en place fréquente dans les véhicules utilitaires légers et les voitures de fonction utilisées à titre privé. Les principales motivations à recourir à la télématique sont l’efficacité opérationnelle, le gain de sécurité, le meilleur comportement au volant et la réduction des coûts. Les systèmes télématiques sont encore sujets à certaines réserves, notamment en ce qui concerne l’acceptation par le personnel et le manque de ressources pour l’analyse des données.

 

Méthodologie du Fleet Barometer

Pour réaliser cette enquête indépendante, l’entreprise d’études de marché Kantar a mené 5600 entretiens avec des gestionnaires de flotte entre janvier et mi-mars 2020 (dont 4794 en Europe). En Suisse, 300 gestionnaires de flotte ont été interrogés avec différentes méthodes de collecte de données : un entretien complet par téléphone ou un recrutement par téléphone et un lien pour participer à l’enquête en ligne.

Les répondants se répartissent comme suit : 

- 33 % d’entreprises de moins de 10 collaborateurs

- 20 % d’entreprises de 10 à 99 collaborateurs

- 27 % d’entreprises de 100 à 499 collaborateurs

- 20 % d’entreprises de 500 collaborateurs et plus

L’enquête s’est déroulée dans 20 pays, en se concentrant sur l’Europe : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grande-Bretagne, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Suède et Suisse. À ces pays s’ajoutent la Russie, la Turquie et le Brésil, qui comptent d’importants marchés des flottes.

 

TÉLÉCHARGER FLEET BAROMETER 2020

 

Arval (Suisse) SA

Michael Klasa, michael.klasa@arval.ch , tél. +41 748 37 00